Trouver un logement en France

Trouver un logement en France

Par où commencer ?

La recherche du logement est une étape délicate lors du retour en France, tout comme pour une grande partie des Français qui ne sont pas sortis des frontières. Beaucoup trop de jeunes (et de moins jeunes!) expatriés doivent rentrer temporairement chez leurs parents ou loger chez des amis en attendant de pouvoir louer ou acheter leur bien. (voir un schéma explicite sur comment trouver une appartement sur Paris – et un autre schéma instructif sur la situation du logement en France).

En France, les règles sont strictes en matière d’accession au logement : peu importe que vous proposiez de payer un an de loyers à l’avance, vous aurez beaucoup de mal à signer un bail de location sans CDI (Contrat – de travail – à Durée Indéterminée). A ce niveau, un CDI avec un petit salaire dans une grosse entreprise très sûre ouvrira plus de portes qu’un CDD ou un contrat d’indépendant avec un salaire plus important. Cela dit, bon nombre de propriétaires exigent maintenant de gagner deux à trois fois le montant du loyer pour devenir locataires… Bref, il n’y a pas de solution miracle, mais voici quelques pistes pour y voir plus clair en matière de locations.

Si vos dossiers sont systématiquement refusés pour une raison qui vous échappe, et que vous avez besoin d’un regard extérieur pour comprendre, contactez l’ANIL (Agence Nationale pour l’Information sur le Logement). Un conseiller examinera votre dossier et vous apportera des éléments de réponse.

Agences immobilières

Les agences immobilières offrent des catalogues diversifiés de biens immobiliers à vendre ou à louer. Elles peuvent vous aider dans le cadre d’une recherche de location (visites, rédaction des contrats de location, état des lieux) et permettre d’accéder à quelques “bons plans” disponibles à la location tout de suite. Évidemment ces services ont un prix, souvent conséquent. Sachez tout de même que ces frais d’agence sont plafonnés par la loi Alur depuis le 15 Septembre 2014, au prorata de la surface du bien et du zonage (voir les plafonds ici). Pour une location avec un loyer de 1000 euros par mois, les frais d’agence peuvent monter jusqu’à 900 euros en fonction de la surface et de la région.

Une agence immobilière refusera votre dossier dans la plupart des cas si vous n’avez pas de CDI. Assujettis aux lois strictes en matière d’assurance loyer, les agences peuvent plus rarement accepter des dossiers qui n’ont pas beaucoup de chance de “passer” lors de la vérification de l’assureur. En fait, l’acteur qui décide de la validité de votre dossier n’est pas l’agence mais l’entreprise qui va assurer le propriétaire du paiement régulier des loyers. C’est cet organisme assureur qui valide ou invalide le contrat de location entre le propriétaire et les futurs locataires, au regard de la solidité financière de ces locataires (basé sur leur capacité à pouvoir payer le loyer durablement).

Ainsi, certaines agences refusent d’entrée de jeu des dossiers plus compliqués, alors que d’autres peuvent accepter sous certaines conditions (sans emploi, mais avec un garant qui répond aux critères de l’organisme assureur – qui gagne suffisamment et qui a une situation stable – CDI ou à la retraite avec de bons revenus).

Cela vaut toujours la peine d’aller en personne frapper à la porte de plusieurs agences avec votre dossier sous le bras, jusqu’à tomber sur celle qui acceptera de vous aider. Il arrive parfois qu’un contournement des règles soit possible, si vous tombez sur des agents prêts à vous aider.

 

Particuliers à particuliers

La location de particuliers à particuliers peut être plus souple, tout dépend bien sûr de “sur qui vous tombez”. Certains particuliers sont encore plus exigeants que les agences car ils se soucient d’avantage du bien loué et veulent à tout prix éviter d’avoir des soucis à l’avenir. Cependant, si vous avez un dossier sans CDI, vous augmenterez vos chances en passant par des annonces de particuliers, souvent plus ouverts aux arrangements, et en plus vous économiserez les frais d’agence.

Le plus simple est encore de passer par les services de petites annonces dans le journal, ou sur le net sur des sites tels que:

http://www.pap.fr/
http://www.leboncoin.fr
http://www.entreparticuliers.com
http://www.journaldesparticuliers.com/

Quelle que soit la nature de l’arrangement avec le propriétaire, veillez à toujours signer un bail et à obtenir des quittances de loyer, ainsi qu’une reconnaissance de dette pour toute somme versée à titre de dépôt de garantie ou de caution.

Colocation

Solution temporaire intéressante, ou véritable choix de vie plus durable, la colocation a de plus en plus de succès en France, et surtout en région parisienne où les loyers sont toujours aussi élevés. Malheureusement, beaucoup de colocataires sont devenus aussi exigeants que certains propriétaires avec leurs futurs “colocs” et peuvent également demander des preuves de revenus réguliers.

Dans une colocation, le loyer doit être payé “conjointement” par les différents locataires du bien. Cela signifie, comme précisé dans l’encadré ci-dessous, que le propriétaire ne peut pas attaquer individuellement les mauvais payeurs, mais qu’il va se retourner contre “le plus solvable” de tous pour obtenir son loyer.

Les membres d’une colocation se doivent donc d’être prudents lorsqu’ils accueillent un nouveau membre sur leur bail, car en cas de non paiement, ils n’ont pas vraiment de recours légal en cas de problème, si ce n’est vous rendre la vie impossible jusqu’à ce que vous payiez ou que vous partiez. La clause de solidarité dure six mois après la date où vous quittez une colocation, ou cesse dès la signature du bail par un nouveau colocataire (votre remplaçant, donc).

Vous devez payer une caution individuelle lorsque vous intégrez une colocation, que vous récupérez à votre départ, que la colocation initiale continue ou pas.

Enfin, vous pouvez décider de louer un logement en colocation avec plusieurs amis qui reviennent en même temps que vous, par exemple (au lieu d’intégrer une colocation déjà constituée). Le bail de colocation diffère d’un bail classique, il faut donc prendre connaissance de ses spécificités (plus d’informations par ici). Comme vous êtes tous liés par une clause de solidarité, un dossier avec un ou deux travailleurs en CDI et une personne sans revenu peut passer, à vous de vous mettre d’accord avec vos colocataires et de bien fixer les règles dès le départ pour éviter les problèmes ensuite.

Sachez enfin que tous les propriétaires et toutes les agences n’acceptent pas de faire des baux de colocation. Là encore, il faut tenter votre chance! Quelques sites intéressants pour chercher une colocation:

http://www.appartager.com/
http://www.mapiaule.com/logement-etudiant.html
http://www.colocation.fr/villes/
http://www.leboncoin.fr/
http://www.lacartedescolocs.fr/

 

Pour des informations plus détaillées sur la recherche de logement en France, consultez le Guide du retour en France pour bénéficier de tous les retours d’expérience de notre communauté.